✍ Les pratiques de l’écriture ordinaire dans les sociétés de l’Ancien régime [1996]

por Teoría de la historia

cahiers_17Le dossier ici proposé comprend trois parties. L’ouverture en est donnée par une question : pourquoi le thème des écritures ordinaires a-t-il si fortement retenu en ces dernières années l’attention des historiens, des sociologues et des ethnologues ? Le cœur du dossier est ensuite consacré aux problèmes de l’autobiographie à la Renaissance sous la forme d’un texte intitulé: “Écrire sa vie à la Renaissance”. Enfin, dans une sorte d’amplification et au-delà de ce genre spécifique qu’est l’autobiographie, sont proposées quelques réflexions plus larges sur les problèmes liés au pouvoir de l’écriture et au pouvoir sur l’écriture – par exemple, la délégation de l’écriture, l’expertise judiciaire sur les écritures, ou les modes d’apprentissage de l’écriture. L’approche critique de ces questions permet de dessiner les lignes de force d’un domaine de recherche original et fécond, à savoir l’histoire des usages sociaux de l’écriture.

Table de matières

Introduction, Guy Vincent
I – Les usages sociaux de l’écriture, Roger Chartier
II – Écrire sa vie à la Renaissance, Roger Chartier
Questions à Roger Chartier
III – Pouvoir de l’écriture, pouvoir sur l’écriture, Roger Chartier
IV – Les écritures monumentales. À propos de Jeux de lettres. Formes et usages de l’inscription en Italie, 11e-20e siècles d’Armando Petrucci, Roger Chartier
V – Écrire les morts. À propos de Le Scritture ultime. Ideologia della morte e strategie dello scrivere nella tradizione occidentale d’Armando Petrucci, Roger Chartier
Bibliographie de Roger Chartier (1996)

[Fuente: Groupe de Recherche sur la Socialisation, Université Lumière Lyon 2]